La liste noire

L'association

Le timeshare

Les textes de loi

Les arnaques type

Eviter une arnaque: DANGER !

Suivi Escroqueries

Que faire ?

 

Ecrivez-nous :

* = nouveau ou mise à jour

Recrutement des vendeurs

Pour la petite histoire:

Nous avons été confrontés cet été 2004 à nouveau au problème du recrutement des vendeurs des sociétés de Timeshare. En effet des parents se sont adressés à nous car leur fille faisait l'objet d'une attention particulière de la part d'une femme qui ne se présentait que sous son prénom et lui promettait monts et merveilles en Espagne dans une société de vente immobilière. Cette femme refusait de dire son nom et de donner son adresse, ne donnait que le n° de son portable, prétendait qu'il n'y avait pas de contrat de travail en Espagne, que chacun y faisait ce qu'il voulait : "tout s'achète en Espagne" ! La jeune fille ferait de la vente, aurait un fixe payé en liquide, puis serait payée à la commission ensuite (?); la femme se chargerait de la loger.. La femme était très sympathique !! Les parents inquiets ont exigé de connaître le nom de la société. Après bien des efforts, le nom de la société bien connue de nous et travaillant avec "Strategy Connexion" a été révélé ! La femme n'a pas insisté.

Cette femme était une recruteuse, elle sillonnait la France à la recherche de jeunes, filles ou garçons à la recherche d'un emploi, pour leur faire faire gratter des billets gagnants dans la rue, en clair pour débusquer le client comme rabatteurs... puis en faire éventuellement des vendeurs à la botte du Timeshare.

 

Les méthodes de recrutement connues de nous:

-Une société loue des salles d'hôtel plusieurs jours et fait annoncer dans la presse locale qu'elle recrute des commerciaux. Des jeunes vont se présenter, être interrrogés longuement, faire une démonstration de baratin pour vendre, puis être recrutés éventuellement sur la base de quelques critères simples: physique plutôt joli et agréable, bonne présention, capacité de bavardage, culot, absence de scrupule, mais malléabilité, surveillance parentale faible, pas de connaissance des droits du travail, urgence de la nécessité de travailler... KWI a ainsi fait début 2004 à Nice dans un grand hôtel..

-Annonces dans les IUT , écoles de commerce pour des stages de vente: numéros de téléphone pour infos.

-Recherche de jeunes par connaissance personnelle

Une fois le recrutement effectué, stages de "formation" accélérés: le jeune est mis en condition avec un vendeur expérimenté qui lui fait jouer plusieurs rôles en le confrontant à toutes sortes de situations. Le problème est d'apprendre à avoir réponse à tout, d'inventer des réponses même absurdes, de ne jamais se démonter, de faire parler la "victime", de changer de conversation, de le distraire de ses inquiétudes, d'entrer dans sa vie personnelle, de prévoir ce dont il a besoin...

Au total: marketing, psychologie, séduction...font un très bon vendeur !

Les conditions de travail du jeune recruté

-pas de contrat de travail

-paye en numéraire ou en liquide, au nombre de clients emmenés dans une salle d'hôtel ou au nombre de contrats signés, en réalité pas de fixe. La faiblesse de la rémunération au début est compensée par la prise en charge de la nourriture et du logement par la société

-logement par la société en groupe

-répétition tous les soirs: simulations de rabattages dans la rue, de ventes, et bilan des erreurs de la journée

-vie en groupe autour d'un chef des opérations, pas d'autonomie personnelle, pas de distanciation possible, imprégnation en continu des méthodes de travail de la société, donc élimination de toute possibilité de critiques venues de l'extérieur...

-encadrement sérieux des jeunes qui équivaut à une surveillance totale (bourrage de crâne, le vendeur doit prendre la place de l'individu autonome qu'il fut)

-quand le jeune est acquis aux méthodes de la société, il gagne en autonomie mais doit encadrer de nouveaux venus pour faire ses preuves...

S'il y a désaccord, ou obligation financière de se séparer d'un jeune vendeur, ce dernier est largué à la rue. On a vu des jeunes être rapatriés par leur consulat.