La liste noire

L'association

Le timeshare

Les textes de loi

Les arnaques type

Eviter une arnaque: DANGER !

Suivi Escroqueries

Que faire ?

 

Ecrivez-nous :

* = nouveau ou mise à jour

La revente

On ne revend aucune semaine de temps partagé, aucun contrat assimilé, car le temps partagé ne vaut rien. Il n'y a pas de marché de la revente mais seulement un marché des escrocs

Il ne faut plus payer les charges de votre temps partagé et surtout ne pas répondre aux lettres de menace, sauf s'il s'agit de la France.

Cessez de payer et faites les morts...

 

INFOS

On nous signale pour la 3ème fois ce soi-disant revendeur de temps partagé, qui existe sur internet TCA 40, avenue Foch 75016 Paris 09 77 55 28 37(serait une association de protection des appartements en timeshare) qui communique par téléphone et oriente sur Madrid pour revendre un temps partagé, mais ne répond pas au téléphone. Il y a de fortes chances que l'adresse et le téléphone soient bidon.

Nous n'avons aucun document évidemment, et nous ne savons rien sur cette société bidon..

ADCSTP mars 2018, de nouveau juin 2018

 

Vous êtes nombreux encore à vous faire avoir par des revendeurs qui vous proposent un rachat de votre semaine à un prix mirobolent. Posez vous la question de savoir ce qui vous fait chuter, et pourquoi les revendeurs spéculent sur cette petite chose qui vous fait chuter ?? C'est quoi ? Ce sont vos illusions sur l'argent gagné facilement. Toute la société colporte, à la télévision, dans les publicités, dans les revues, l'idée qu'on peut gagner de l'argent facilement, alors que c'est l'inverse qui se passe dans la réalité, et que toute une partie de la société plonge dans la pauvreté. Les prix qu'on vous annonce annihilent d'un coup votre capacité à raisonner sainement. Donc vous plongez ! Les revendeurs qui ont fait des stages de psychologie collective et individuelle vous tiennent comme ça. Il y a même des gens qui ont la preuve sous les yeux qu'ils se sont fait avoir, et qui continuent d'espérer... Les revendeurs vous vendent des contes de fées, pensez-y !

 

On vous propose une revente de votre semaine à un prix qui vous envahit de joie. Mais pour concrétiser l'affaire, il faut aller signer sur place en couple. Vous avancez les frais de voyage, ils vous seront remboursés, vous dit-on. 18000 euros promis pour la revente! On peut faire ce déplacement !

La société de vente ne vous revendra rien, ne vous remboursera pas, elle vous prendra de l'argent. Pourquoi a-t-elle besoin que vous veniez sur place ?

Si vous vous déplacez, et en couple, vous devenez vulnérables. Vous êtes sur le terrain de la société qui cherche à vous tromper, vous n'avez pas les moyens de prendre une heure pour réfléchir. De plus vous êtes deux, et l'un va céder plus facilement que l'autre. Enfin, vous avez un avion à reprendre, vous voudriez prendre du repos, vous n'en prendrez point. La société va vous garder 4 à 5 heures pour vous proposer d'acheter autre chose, ou vous faire donner de l'argent pas carte bleue (pour un soi-disant notaire), dont la société gardera l'empreinte. Les vendeurs, qui sont des acteurs comme au théâtre, hyper-gentils, chaleureux (ils apprennent leur rôle), vont se relayer auprès de vous, vous donner à boire, ne pas vous laisser une minute de répit. Et ils vont vous faire craquer. Vous signerez un contrat frauduleux et vous donnerez votre carte bleue.. C'est au retour que vous comprendrez votre mésaventure. Vous vous demanderez même ce que l'on vous a donné à boire (c'est ce que nous disent quelques victimes), et si vous faites opposition à la somme qui risque d'être prélevée sur votre compte, dans votre banque, vous aurez d'autres mésaventures (voir Les Banques…)

 

-Autre exemple depuis 2014: une société MEDIA CONCEPT prétend faciliter la revente de semaines en"multipropriété", ou en temps partagé ou la location de votre semaine, si vous passez avec elle un contrat de 1000 ou 2000 euros.... C'est une société de Lyon.

Elle sème l'illusion, pour ces sommes, que les victimes du temps partagé pourront enfin se débarrasser de leurs périodes en passant par des Comités d'entreprise qui les rachèteraient..

On n'a plus entendu parler d'elle jusqu'à ce qu'elle prétende nous assigner en justice en 2017. Nous lui avons opposé des conclusions. Elle y répond en avril 2019, deux ans après.

Aujourd'hui elle prétend donc faire "revendre" du temps partagé au travers de CELOA, son site, qui se revendique toujours de multipropriété. En 2016 nous avons eu la gentillesse de ne pas l'attaquer en justice pour l'utilisation de ce mot mensonger. On la simplement prié de ne plus employer ce mot. On l'aurait fait condamner à 15000 euros d'amende selon la loi. Aujourd'hui en 2019, nous voyons que le site de CELOA se réclame toujours de la multipropriété....

Média Concept et son bonimenteur est incapable de lire la loi, ou semble vouloir s'asseoir dessus.

Le temps partagé n'a aucune valeur, ni hier ni aujourd'hui. Les parts ou les actions valent 1,5 euros l'une ! Les rares Comités d'entreprise qui ont des temps partagés cherchent à s'en débarrasser eux-mêmes.

 

Nous suggérons qu'elle réponde aux questions ci-dessous écrites en 2017 et on en finira très vite:

Nos questions:

-Pourquoi le n° de téléphone de cette société 0482534302 est un n° caché ?

-Pourquoi le site de Media Concept, CELOA, propose encore la revente de la multipropriété ? les arnaques se concentrent aujourd'hui, comme hier, sur des propositions de revente qui n'existent jamais. Les sociétés de Pierre et Vacances sont les premières à la peine pour revendre, même si parfois elles vendent encore des périodes, mais les meilleures, à des naïfs........Les actionnaires et associés de ces sociétés ne peuvent plus jamais revendre leurs semaines..

-Pourquoi Media Concept utilise -t-elle toujours le mot de Multipopriété qui est interdit par la loi ALUR, modifiant la loi de 1986 ?

-Pourquoi son site CELOA ne propose aucune condition générale de vente ... ? Ce site est tellement général qu'il est quasiment vide. Ne sert-il qu'à récolter des adresses mail et des n° de téléphone ?

-Media Concept joint les possesseurs de temps partagé par téléphone. D'où cette société tient ces n° de tél ? De son site CELOA ? Des fichiers qui se vendent entre sociétés dites de revente ?? Comment est-elle en contact ? Les sociétés de revente qui siègent hors de la France sont généralement toutes des sociétés escrocs.

-Media Concept a longtemps envoyé des propositions écrite à ses "clients"; aujourd'hui il faut, selon elle, d'abord payer 2000 euros pour recevoir une proposition écrite !! De quoi a peur cette société ? Des propositions écrites doivent précéder le versement d'argent !

-Si Média Concept parvient à débarrasser les possesseurs de temps partagé de leurs périodes, via les comités d'entreprise, pourquoi ne publie-t-elle pas ses résultats pour se faire de la publicité ? En réalité, elle ne vend rien du tout... Et probablement que les Comités d'entreprises, qui sont souvent débiteurs dans les SCI ou SA, ne veulent surtout pas de temps partagé. Cette merveilleuse idée venait de Mme Pambouc organisatrice de RESA DIRECT

Si nous avons tort, que Media Concept publie des listes de revente.

-Pourquoi ne peut-on trouver dans les salons des comités d'entreprise le nom de cette société au titre d'exposant ? Comment peut-elle s'approprier le sigle des "salons des comités d'entreprise" ? Média Concept-Celoa ne va en fait jamais dans les salons des comités d'entreprises, sinon on en trouverait la trace ?

2019

M C demande dans un référé que l'on retire ce qui précède de notre site et exige 5000 euros de dommages-intérêts !!.

Notre devoir est de mettre en garde les naïfs, qui croient pouvoir se débarrasser de leurs semaines, que la revente n'existe pas.

Si la revente existait, il n'y aurait plus de problème de temps partagé. Les gens payeraient leurs charges et vendraient !!

 

 

 

Les témoignages sur la revente figurent dans les rubriques: "escrocs Maroc", "escrocs Espagne"... etc

Notre liste noire n'est pas complète, attention!

Un vieux Témoignage du 27-11-09

 

"....mes parents ont acquis une semaine de timeshare en juillet 1993 auprès de la SES Fontanellas Plaza Club (basée dans l'Ile de Man). ils en ont profité pendant quelques années puis, suite à des augmentations de charges, s'en sont désintéressés. une clause du contrat signifiait qu'en cas de non payement des charges, la semaine leur était retirée, ce qui ne les dérangeait pas dans la mesure où ils ne souhaitaient plus l'utiliser.

en 2006, ils ont été contactés par la société Regisertao LDA pour le rachat de leur "bien", ce qui les intéressait. une vente a été conclue avec cette société lors d'un voyage en parti offert au Portugal. toutefois, la société demandait le versement de frais pour débloquer le versement du fruit de la vente. après un premier versement (9000€) et après avoir été relancés, mes parents ont refusé de continuer en ce sens. depuis, plus de nouvelles !

Mais, récemment, mes parents ont été contactés par un représentant d'un cabinet de notaire espagnol, basé à Almeria (Notaire J. Parra Arcas) : un chèque de la banque Banesto (dont copie a été transmise) attendait d'être versé (représentant le coût de la revente + les 9000€ déjà versés) à condition que soit versée sur le compte d'un administrateur fiscal (Mr Tokai A.M.) une somme de 2850€ pour régulariser la situation fiscale pour l'impot sur le revenu de non résident (soit 5,14% du fruit de la vente). un fax (en français) a été trasmis à mes parents expliquant cela, sous en-tête et avec cachet du notaire (ainsi qu'un modèle de virement bancaire de l'Agencia Tributaria, aux coordonnées de Mr Tokai).

après recherche, j'ai bien trouvé un notaire à Almeria se nommant Parra Arcas, mais les N° de téléphone ne correspondent pas. j'ai envoyé un mail à ce notaire il y a une semaine (mais en français), je n'ai pas eu de réponse.

De plus, parallèlement (à une semaine d'intervalle), une société américaine basée à New york, Vornado Realty Trust (grosse société immobilière new yorkaise, selon le son site internet) a contacté mes parents : la société Vordano avait mandaté la société Regisertao LDA en 2006 pour acheter les biens immobiliers en timeshare. suite à des malversasions, la société Regisertao a déposé le bilan et ses dirigeants seraient sur le point d'être jugés (en décembre ou janvier) pour escrocquerie, la société Vordano s'est portée partie civile. depuis, cette société contacte les personnes ayant accepté de vendre à Regisertao afin de négocier en direct et obtenir de ces personnes la confirmation de leur volonté de vente et prouver ainsi au tribunal sa bonne volonté.

j'ai contacté la personne en charge de ce dossier à la société Vornado qui se trouve être française (?). celle-ci m'a expliqué le système du timeshare et ses arnaques (trustee dans un paradis fiscal, survente du bien, charges élevées etc…). elle affirme que sa société souhaite toujours acheter le bien et fera dans quelques jours une offre ferme. parallèlement, elle conseille à mes parents de choisir un avocat spécialisé en droit international pour le mandaté afin de contacter le trustee pour obtenir les pièces justificatives de propriété du bien, puis de contacter le fisc espagnol afin de procéder à l'enregistrement foncier du bien. la vente ne pourrait se faire sans ces démarches préalables (ce qui devraient donc occasionnées des coûts : frais d'avocat, cout d'enegistrement et éventuellement un redressement fiscal sur l'impot foncier), toutefois, la société Vornado ne demande aucun versement.

cette personne doit me recontacter en fin de semaine afin de savoir si mes parents ont toujours vendeurs de leur bien pour m'envoyer ensuite un compromis de vente à signer."